Les noyers

Les noyers sont, chez nous, respectés pour le don qu'ils nous font chaque année de leurs fruits. Nous essayons de leur rendre, au moins en partie de la masse organique en épandant à leurs pieds le fumier de nos quatre vaches et les coquilles de noix résidu de leur cassage.
Nous savons bien l'importance du sol dans lequel ils poussent aussi essayons-nous d'éviter de le dégrader. Les produits chimiques de synthèse sont proscrits sur nos parcelles, nous tâchons de tasser le moins possible le sol et nous apportons des engrais verts. La micro-faune de nos sol est ainsi préservée.

20200627_061556 (2).jpg

Nos vieux noyers, qui n'ont jamais connus de traitement chimique, sont littéralement couverts de lichens. Ces associations de champignon et d'algues sont très sensibles à toutes formes de pollution et en particulier aux pesticides utilisés en agriculture conventionnelle. Leur présence marque la qualité de l'environnement.

Ils ne gênent en rien le développement des arbres.

20220302_153520 (1).jpg

Les châtaigniers

Les châtaigniers, plusieurs fois centenaires sont situés contre le côteau. Ils ont été plantés et greffés par nos ancêtres. Ils sont de variétés différentes et leurs fruits arrivent à maturité de façon échelonnée. Les châtaignes, ramassées à la main, sont proposées fraîches.

IMG_6731ret.jpg

Le rucher

Nos ruches sont pour la plupart au sommet du côteau qui domine le village. C'est un rucher sédentaire, nous ne transhumons pas nos abeilles pour ne pas les traumatiser par un long voyage et par un changement d'environnement et aussi pour éviter un brassage génétique qui leur serait néfaste. En conséquence, nos abeilles produisent un miel à partir des plantes de leur voisinage proche, tilleuls, acacias, châtaigniers et fleurs des champs. Nous essayons de sélectionner les abeilles les plus naturellement résistantes aux parasites en prélevant des essaims artificiels dans les ruches les plus fortes. Nous n'achetons jamais de colonie ni de reine. Nous contrôlons la pression des parasites (varroa) par des méthodes physiques, en éliminant le couvain de mâles, en utilisant l'hyperthermie et avec de l'acide oxalique autorisé en bio.

ruches (1).jpg

Le troupeau

Nos quatre vaches, Maya, Pivoine, Iris et Jonquille, sont âgées, elles ne produisent plus de lait et ne portent plus de veaux. Elles sont là, paisibles et nous fournissent du  précieux fumier pour nos champs de noyers. Avec les abeilles, elles concourent à l'équilibre écologique de notre ferme.

IMG_6673.JPG